Viorne Obier et autres cueillettes

Viorne obier - Viburnum opulus


Une belle balade que ce jour du 18 septembre au bord d'étangs en terre crayeuse et humide.

J'ai déjà parlé de l'apprivoisement, de ma façon de m’intéresser à une plante, de mon approche première. Celle-ci je l'avais rencontré l'an passé, prise en photo, touchée, respirée, regardée et admirée.
La couleur de ses baies qui se nomment drupes m'avait enchantée. Le soleil sur cette couleur rouge transparent... Wouaaa pas de mot. Les spectateurs étaient à l'unanimité en état d'admiration devant cette si belle couleur de transparence sur les boules rouges de cet arbre.
Qui est-il ?

Rentrant à la maison, mes livres en mains... point de nouvelles gourmandes, partout il est donné pour "toxique". Larousse toutefois parle de lui arracher la croûte (humour) et là il est bon pour l'humain.
L'obier.
Je lis qu'il existe en homéopathie, l'industrie pharmaceutique, aromathérapie, phytothérapie, gemmothérapie - la viorne est prescrite en usage interne ou externe pour traiter les spasmes musculaires et autres symptômes.

Cette année cet arbre, ce lieu m'appelle. je sais que je dois revoir cet arbre. Dans mes souvenirs il était -le sureau rouge - erreur, mais je sens que ses drupes sont comestibles. Lire plus bas 

Étang aux ondines et nénuphars
Balade entre amis. Nous allons respirer l'air des terres humides sous un ciel gris. La végétation est en retard pour la cueillette des baies de fin d'été.
 Magnifique lieu de paix, nous y resterons un bon moment, admirant cette si douce étendue d'eau.

Prunellier (épine noire) - Prunus spinosa
Derrière nous les prunelles que nous cueillerons plus tard... aaaaaarrrrah trop vert (rires)
Ed; Gründ ; On récolte les fruits mûrs et même trop mûrs. Ils sont riches en tanins, en glucides, en vitamine C (20mg environ par 100g de pulpe), en provitamine A, en vitamines du groupe B, en acides organiques et en glucide amygdaline. Nocif en grande quantité, celui-ci est inoffensif à dose normale. Par ailleurs, les prunelles contiennent des matières minérales : calcium, potassium, magnésium. Extrêmement amères, (je confirme- rire) elles soignent les diarrhées, les maux d'estomac et les maladies des voies urinaires. On ne peut les consommer fraîches qu'en petite quantité, le mieux est d'attendre qu'elles gèlent sur l'arbre.

On les utilise pour relever les compotes au goût fade et pour la fabrication de vin, de liqueur et de sirops....
On prépare des tisanes à partir des prunelles séchées. Les fleurs présentent également des vertus légèrement laxatives.
Cenelles d'aubépine - crataegus laevigata





Les baies ou cenelles de l'aubépine sont assez mûres pour que je fasse ma première cueillette








Cueillette du jour - baies de sureau noir, cenelles d'aubépine et drupes de viorne obier

Je poursuis donc mon histoire avec la viorne obier.
Bien de mes livres parlent de fruit toxique SAUF, sauf mon livre allemand. Gründ."Les plantes sauvages comestibles"
Bien des recherches sur le Net me donnent le même résultat.
Pourquoi l'éditeur allemand dit Oui! ça se mange.

Magnifiques couleurs en octobre 2013
Plus tard je lirai que les russes connaissent bien cet arbuste souvent évoqué dans les chants populaires, (Kalina...Ukraine voir  site ) surtout chez les peuples slaves qui la considèrent comme un symbole de vie, de jeunesse et de beauté. On récolte ses fruits qu'on fait congeler ou qu'on laisse geler sur l'arbuste avant de les consommer, une fois qu'ils sont ainsi perdus leur goût amer (je confirme) Il est déconseillé d'en manger en quantité. Les fruits de la Viorne contiennent beaucoup de pectine....

 (Ce qui me permet d'envisager une petite réserve dans mon congélateur pour d'autres confitures de fruits à faible teneur en pectine - je valide que la pectine est fortement présente).

... des saccharides, des acides organiques, des tanins, du carotène, de la vitamine C (en quantité supérieure à celle contenue dans les citrons), de la vitamine P, des saponines, des pigments rouges, le glucoside viburnine, des phytoncides, de l'acide ursolique, un anti-inflammatoire connu.. 
Utilisation : On en fait des compotes, des jus, des sirops, des confitures et des sauces qui accompagnent les plats de viande. On les ajoute congelés dans la pâtisserie, souvent en mélange avec d'autres fruits.
Vertus curatives : La médecine populaire se sert des fruits de la Viorne depuis le XVIe siècle en exploitant leurs propriétés antispasmodiques et calmantes. Le jus des fruits frais et la tisane à base de fruits séchés, sucrée au miel, soignent les refroidissements, la toux, l'asthme, la diarrhée et les troubles gastriques. Par ailleurs, les fruits possèdent aussi des vertus légèrement diurétiques et biocides. On utilise leur jus pour le traitement externe des impuretés de la peau. L'extrait de l'écorce de Viorne qui a également un pouvoir curatif, soulage les douleurs menstruelles.
Larousse parle beaucoup plus des vertus de l'écorce - l'obier -

  Avec toutes ces informations j'ai utilisé une partie de ma cueillette sans la congeler pour en faire une petite gelée. (j'ai toujours besoin de valider ce qui est écrit. Je fais ma propre expérience)   500 g de drupes, 1L 1/2 d'eau - bouillir, presser. = 700 gr de jus + 700gr de sucre de canne. Cuire 10 mn et voici le résultat.
 Je valide son amertume, je valide sa grande teneur en pectine, je valide  - rires  - que se sera meilleur si je congèle mes drupes avant de les transformer en gelée. 

Graines des drupes de viorne obier


J'ai pris la moitié de la quantité obtenue à laquelle j'ai ajouté 20 cl de vin rosé... ça me plait davantage au goût. L’amertume y est discrète - rires -

 
J'ai adoré ses jolis noyaux qui ressemblent plus à une graine plate et rose.






Les drupes sont mures et j'ai pu en manger crues.



Aimant la vraie nature et la respectant, je pense que je cueillerai seulement les drupes mûres à point et gelées par la nature. J'ai aimé son odeur, sa texture, sa couleur.
Les drupes au congélateur vont attendre 1 semaine voir plus et puis je vous raconterai la suite.
Ma première impression est que cette odeur, ce goût est tout à fait inattendu, inconnu pour moi. Et j'aime.
Pour l'instant je la partagerai plus avec une viande qu'en dessert... mais j'attends. Elle sera certainement parfaite avec un épice...




Le 9 octobre: je trouve une viorne flamboyante de couleurs automnales, les drupes sont mûres 




Voilà tous les essais que j'ai en tête après cette première rencontre.


Pour en lire plus sur la viorne obier:  http://nature.jardin.free.fr/arbuste/ft_boule.html