Articles récents


 

Calendrier 2022

 


 

Calendrier 2022

Sorties sur le terrain dans l’Aube - 10 -

Sur inscription

Ces ateliers sont ouverts à tous sauf lorsque noté «privé»

 Lien : Ce calendrier est extrait de cet article - 


Mars :

- Samedi 5 mars : 14h- 16 h  10700 Dosnon

- Samedi 26 mars : 14 h 16 h 10250 Plaines St Lange



2

Avril :
-
Samedi 2 : 14h - 16h 10700 Dosnon

- Dimanche 3 : 10h 12h – 10000 Troyes - Parc des Moulins  -lieu modifié -

- Samedi 9 : 14h 16h- 10500 Brienne le Château «les amis de Basse Fontaine»

- Samedi 23 : 14 16h - 10250 Plaines Saint Lange  

- Samedi 30 : 14h 16 h - groupe privé - 10450 Bréviandes -



5

Mai :

- Samedi 7 : 10h 12h  - 10150 Sainte Maure - le long du canal -

- Dimanche : 10 /12h  - Annulé

- Samedi 14 : 14 16h - 10250 Plaines Saint Lange

- Samedi 21 : 10/12h - 10500 Brienne Le Château «les amis de Basse Fontaine»




4

Juin :

- Samedi 4 : 10/ 12 h 10700 Dosnon
- Samedi 11 :
10/12h - 10500 Brienne Le Château «les amis de Basse Fontaine»
- Dimanche 5 - 10 h 19 h Le printemps des Viennes  - expo - accès rue  Paul Doumer -      Sainte Savine 

- Samedi 18 : 10 /12h – 10250 Plaines Saint Lange

- SPÉCIAL : Samedi 25 - 11h30/ 16h -Lieu modifié et se sera une surprise  Sortie REPAS ensemble *



5

Juillet :

- Samedi 2 : 10/12h - 10700 Dosnon
- Samedi 9 :
10/12h - 10500 Brienne « les amis de Basse Fontaine»

- Samedi 23 : Plaines Saint lange –   


3

Août : pas de sortie de prévue – selon la T°


Septembre :

- Samedi 3 : 10/12h 10700 Dosnon

- Samedi 24 : 10/12h – 10250 Plaines Saint Lange


2

Octobre :
-
Samedi 1 : 10/12h - 10700 Dosnon

-Samedi 8 : 10h / 12 h  Troyes  lieu choisi par les inscrits 


2

Reste à envisager :
-
Ateliers lacto fermenté et cours de cuisine sauvage que nous réaliserons selon nos disponibilités et votre demande.



Les ateliers présentés ici sont :
1) Balade - Les petits chemins du samedi :

Nombre de personnes 10 à 15 afin que chacun puisse comprendre, toucher, sentir, goûter et s'exprimer.
On se promène, on identifie, on échange, on parle de future cuisine possible et petite dégustation offerte en lien avec une plante découverte lors du cours.

Tarif atelier : 15 € par adhérent et 20 € pour les non-adhérents - Sur inscription -


* SPÉCIAL: C’est une sortie pour les adhérents de l’association Nature et Complicités.
Á table ! Moment d’échanges de nos gourmandises culinaires réalisés chacun chez soi : cru, cuit, jus, liqueur, limonade… Idées notées lors de nos promenades sur les petits chemins de découverte et d’identification de mars à juin. Journée gratuite Autres info sur : Blogspot : Nature et Complicités 

 

Suite à des demandes = 3 dates un  dimanche  à l'essai 

 


Chénopode blanc  - épinard sauvage –


Le chénopode blanc est un épinard sauvage  
Espèce végétale appartenant à la famille des Amaranthacées (sous-famille des Chénopodioïdées,  triplicées

C'est assez tard que je me suis intéressée à cette plante pourtant présente dans mes environs. J'avais déjà tellement de quoi me nourrir qu'elle pouvait attendre. :)
J'ai commencé ma rencontre gustative doucement en passant par quelques feuilles crues dans mes salades, puis tout simplement avec un peu de beurre fondu sur ses feuilles à peine cuites comme des épinards...c'est ainsi que je préfère le chénopode !
Il m'arrive d'avoir que peu de feuilles et donc ce légume passe dans une tarte aux herbes ou tout simplement dans une omelette. 
Voici ce que j'ai à partager en complément avec vous de cette herbe sauvage et comestible.


Synonymes : blé blanc, ansérine blanche, ansérine farineuse, chou farineux, chou gras, poule grasse, drageline, serousse, herbe au vendangeur, etc.
Le chénopode blanc (Chenopodium album, Polygonacées) mauvaise herbe des jardins, des friches, des fossés est une plante vivace à cycle court très prolifique, chaque pied peut  atteindre le nombre de 100000 graines. Les fleurs sont à peine visible  inséminée par le vent.
Sa hauteur 1 m et parfois le double. Elle porte nombre de feuilles dont les formes sont très variables,  irrégulièrement dentées, de tailles diverses, etc., ce qui ne permet pas toujours de bien l’identifier du chénopode bon-henri  et de l’arroche qui parfois sont confondus. Quel que soit la morphologie foliaire, ce qui ne varie pas : la couleur vert cendrée, un aspect farineux/poussiéreux est  la présence de minuscules cristaux de silice blanchâtres qui tapissent la surface du limbe.


 Vertus :     
Riche en protéines, en minéraux : le calcium, le cuivre, le potassium et le magnésium, ainsi qu’en vitamine A, B1, B2, PP et C. Il contient de l’acide oxalique dont l’excès peut nuire aux reins et dont la teneur augmente à la cuisson.
  • Cuite, elle est déconseillée aux personnes souffrant de troubles rénaux et de rhumatismes qui se verra également interdit en cas de pathologies hépatiques.
·       Propriétés thérapeutiques : Diurétique, dépuratif
·       Laxatif, activateur du péristaltisme intestinal
  • Antitussif
  • Antihémorroïdaire
  • Sédatif
  • Rafraîchissant
  • Galactogène
Usages thérapeutiques
  • Troubles de la sphère respiratoire : bronchite, asthme, adjuvant dans la tuberculose
  • Affections rénales
  • Affections biliaires
  • Lactation insuffisante
  • Plaie, plaie saignante
Modes d’emploi
  • Infusion de feuilles.
  • Feuilles en nature dans l’alimentation

 
Cuisine : On mange les feuilles, les jeunes graines (sous une certaine bonne connaissance) et les jeunes tiges.
Se consomme   crue et cuite. Crue : quelques feuilles dans vos salades.
Cuit : tarte, soupe, omelette, cake végétal, etc.  

 

 Bon appétit !
0


                


Aubépine   - crataegus oxyacantha

Famille des rosaceae 


Autres noms : épine blanche, épine de mai, noble épine, bois de mai, poire d’oiseau, sénellier 

 Un article fut écrit en 2013, celui-ci est une suite et complément du premier.

Histoire : Au Ier siècle, on lit des écrits de Dioscoride qui évoquait déjà l’aubépine dans ses œuvres. On trouve aussi  « propriétés médicinales connues depuis le Moyen-âge » !  elle symbolisait l’espoir et soignait bien des maux.
Ce jour on l’utilise surtout pour les problèmes circulatoires et cardiaques notamment l’angine de poitrine (angor). En phytothérapie, c'est littéralement la « plante du cœur ».
On compte environ 20 sortes d’aubépine, mais 2 seules Crataegus oxyacantha et Crataegus monogyna sont utilisées en phytothérapie française. 

Description : Plante buissonnante et épineuse forme souvent des haies à la lisière des bois et dans les champs, dans toutes les régions tempérées. Mais également le buisson peut se rencontrer en tant que grand arbre de plus de 10 mètres et se sera toujours un crataegus
On la cultive par bouturage.
Ici je vous parlerais de l’aubépine monogyne à fleurs blanches, celle que je rencontre et cueille à 200 mètres de chez moi ;)




Principes : Tonique cardiaque, vasodilatateur, relaxant (tranquillisant), antioxydant  
Les fleurs ou la feuille avec l’inflorescence ont des propriétés incontestables - Régulateurs cardiaques, ils provoquent la dilatation des artères, soignent l'hypertension, calme les spasmes, améliorent le fonctionnement du cœur. Les feuilles et les fruits possèdent, à un degré moindre, les mêmes vertus.

Pour en lire plus sur l'Aubépine, beaucoup plus 😊 : Auteur Gilles Gras 
 
La cueilleuse : Les branches fleuries d’un blanc rosé, sont coupées à la fin du printemps, dans l’Aube on la cueille à la mi-mai et rarement plus tard.
Les baies dites cenelles se récoltent à la fin de l’été et en effet cette année 2018 elles sont bonnes à cueillir à la mi- septembre.
J’ai commencé à cueillir ces branches de fleurs à la senteur envoutante il y a déjà bien une vingtaine d’années. 
Je me souviens d'un printemps 2012 être dehors au soleil assise avec une amie sur les escaliers à « éplucher » nos branches et un sentiment de paix mentale se faisait sentir. De bavardages actifs du début s’en est suivie une méditation spontanée. Nous en étions agréablement ensemble dans le silence sans autre besoin que d’être là !
Oui, l’aubépine comme beaucoup de plante à son action dans la senteur et la vibration. (fleurs du Dr Bach)

 Cuisine : Je me sers de ces jeunes feuilles pour faire un apéritif à base de vin blanc et exposé 3 mois au soleil. ça ne fonctionne pas aussi bien chaque année. Le soleil quelques fois trop fort, comme 2012 et 2018  fait que le vin est cuit avant d'être bu  (Rires) il sera parfait en cuisine

La nature est une belle éducatrice. Elle me permet de rire de moi, me mettre en expérience sans pour autant ressentir la notion d'échec. 
Je joue à l'apprentie en toute modestie.  

L’Aubépine fut ma tisane du matin* bien que je n'ai aucun problème avec mon cœur. Intuitivement il y a une raison que ma raison ignore. J’écoute ma petite voix intérieure sans trop me poser de question car je la sais plus intelligente que mon intellect.
*J'ajoute selon mon ressenti, guimauve, fleurs de sureau, lavande, fenouil, sauge... 
Les fruits sont cueillit en automne lorsqu'ils sont bien mûrs – une époque j’aurai écrits « passés les premiers gels » mais cette année de chaleur les fruits sont mûrs et les gelées peuvent ne pas venir.
Farineux, acides et amers, ils ont une saveur quelconque qui s'améliore cependant si les fruits gèlent sur l'arbuste – Nous verrons bien si la gelée arrive avant le chute totale de ces cenelles. Mais sinon …   mettre dans votre congélateur.

Recettes : 

1                            Printemps : Salade de pommes de terre aux bourgeons d'aubépine - 600gr de pommes de terre cuitent, 2 oignons doux, 3 œufs durs, une valeur d'1/2 l de bourgeons d'aubépine, 2 c. de yaourt nature, 1 c. de vin blanc, sel, poivre, moutarde.
                Mélanger le tout. Mettre au frais.
                Servir en entrée de repas.

       Automne : On en prépare des sirops ou on fait sécher les cenelles pour les utiliser plus tard sous forme de tisanes. Riche en Vitamine C 
 
Purée de cenelles ; Faire tremper les cenelles la veille dans de l’eau et les cuire légèrement. Passer à la passoire ou au chinois. Préparer un peu de sucre et un peu des 4 épices. Faire épaissir et servir cette compotée avec une viande ou pain végétarien. 

Et plus de recettes  ici
 Dans le livre des éditions Gründ :  je lis que les jeunes pousses  ou bourgeons non ouverts se mangent crus et qu'ils ont un goût de noisette. Ils s'incorporent frais et finement hachés dans des macédoines de légumes, dans les salades, les pâtes à tartiner à base de fromage blanc...etc.



Allez visiter cette page que je nomme "l’aubépine et les fées"
Une autre histoire de plantes


  





0